Le temps

3 décembre 2014

Récit

hourglass

Le temps est l’ennemi du temps. Pour avoir passé des longs mois isolé sur une île déserte, Laurent savait de quoi il en retournait. La solitude lui avait pesé, mais plus que tout, c’est le temps, son seul compagnon, qui l’avait fait le plus souffrir. Le temps était devenu son obsession première. Il avait tellement peur de perdre le fil du temps, qu’il avait passé ses journées à compter le temps. Plus le temps passait, plus le temps lui été compté pensait-il. Un jour, alors qu’il avait l’impression d’être là depuis la nuit des temps, la délivrance arriva et le ramena au beau milieu de ses semblables.

Finalement le temps semblait être passé plus rapidement qu’il ne le croyait, du moins ici, dans notre monde moderne ou une des devises principale vous claironne que le temps c’est de l’argent.

- Foutaise, clama-t-il ! Avec tout le temps que j’ai économisé sur mon île, je devrais être millionnaire maintenant !

- Mais mon bon Monsieur, lui rétorqua-t-on, le temps est un bien précieux et passer son temps à ne rien faire, c’est perdre son temps.

En son absence, le temps ne s’était pas arrêté et Laurent se trouvait en décalé avec cette société où le temps file à la vitesse du vent. Il réalisa qu’il avait perdu toute notion de temps et il décida que dorénavant il devait prendre son temps. Il avait tellement de temps perdu à rattraper, qu’il ne savait plus dans quelle direction il devait chercher.

- De toute façon, vous n’aurez le temps de rien, tant vous avez à faire, lui asséna-t-on.

- Peut-être, mais je suis encore dans les temps.

- Il est surtout temps de rentrer, si vous ne voulez pas que la tempête vous joue des tours.

Effectivement le temps avait changé et il ne s’en était pas rendu compte, lui qui avait passé le plus clair de son temps, la tête dans les nuages.

- Vous n’êtes plus dans l’air du temps, soyez honnête avec vous-même. Vous avez fait votre temps, insista-t-on.

- J’ai tué le temps pendant de long mois et en un rien de temps, je pourrai remonter le temps pour vous prouver que je suis intemporel.

Il comprit, que par les temps qui courent, qu’il ne devrait son salut qu’à lui-même. Ces derniers temps, le temps n’avait pas joué en sa faveur et pourtant il persistait à croire que l’on pouvait prendre du bon temps avant d’en avoir fini avec son temps.

- Finalement, cela ne sert à rien de gagner du temps, si c’est pour le passer chacun dans son coin, grommela-t-il.

- Le temps presse toujours et en un rien de temps, vous pouvez redevenir poussière.

- C’est vrai, avec le temps la fin est inéluctable mais s’il ne vous joue pas des tours, jouez plutôt avec lui !

- De notre temps, il faut payer de son temps, ne serait que pour avoir un temps mort dans cette course contre la montre.

Laurent effaré par ce fatalisme ambiant, eut un court instant envie de revenir un temps en arrière. Puis il songea à ses proches qui faute de temps, sont si loin parfois…Et si l’on se donnait du temps ? L’échelle du temps est variable en fonction des individus. Partageons le temps qu’il soit ordinaire ou utile et offrons nous le temps de vivre autrement, au moins de temps en temps pour commencer.

Merci d’avoir pris le temps de me lire…

 

Accueil

,

Inscrivez vous

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Shareyourebook |
Blog officiel d'Esteban |
Les chroniques de la sans d... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les scélérats
| SIXIEME TROIS
| Bacfrancais